webleads-tracker

Devenir conseiller immobilier indépendant

devenir-conseiller-immobilier

Qu’il soit qualifié « d’agent commercial », de « mandataire » ou de « négociateur», le conseiller immobilier indépendant joue un rôle central dans le secteur de l’achat, vente et la location de biens. Mandaté par les agences immobilières pour prospecter, trouver des acquéreurs ou encore négocier des biens immobiliers, ce spécialiste est apprécié pour sa grande polyvalence et sa connaissance approfondie du secteur. Envie de devenir conseiller immobilier ? Voici quelques pistes pour réaliser votre projet !

 

Quel profil pour devenir conseiller immobilier ?

Le métier de conseiller immobilier nécessite plusieurs prérequis. Il n’y a pas de diplôme spécifique pour devenir conseiller immobilier. Les personnes sont généralement issues de formations diverses allant du BTS au Bac+5.  Après avoir intégrer un réseau immobilier, comme Proprietes-privees.com, une carte de mandataire immobilier est indispensable pour pouvoir réaliser des transactions immobilières, en vertu de la loi Hoguet.  Le conseiller immobilier doit surtout être doté de certaines compétences indispensables.

À l’écoute de ses clients, dynamique et parfaitement organisé, le conseiller en immobilier est en priorité doté de compétences commerciales pointues qu’il mobilise dans le cadre de la mise en valeur des biens et des négociations. Même si il n’est pas juriste, il n’en demeure pas moins un spécialiste éclairé de son domaine. On attend donc de sa part une bonne connaissance des nombreux points juridiques, réglementaires et fiscaux liés à sa profession : lois en vigueur, dispositifs de défiscalisation, fonctionnement des baux, fonctionnement des contrats…

Voilà pourquoi la formation est indispensable dès le démarrage de l’activité puis ensuite tout au long d’une carrière de conseiller. Proprietes-privees.com propose par exemple plus de 25000 heures par an de formation pour ses conseillers immobiliers.

 

Trouver son statut pour exercer en indépendant.

Si certains professionnels de l’immobilier exercent en tant que salariés (on parle de négociateurs VRP ou non VRP), cette forme d’emploi tend toutefois à se raréfier, au profit d’un accroissement du nombre d’agents commerciaux, qui sont pour leur part des travailleurs indépendants.

 

L’EIRL

Alternative à l’entreprise individuelle, l’EIRL (Entreprise Individuelle à Responsabilité Limitée) permet, comme son nom l’indique, de limiter la responsabilité de l’entrepreneur, qui exerce en son nom propre. Il peut ainsi séparer son patrimoine personnel du patrimoine dédié à son activité, afin de restreindre les risques en cas de défaillance.

 

La micro-entreprise (auto-entrepreneur)

Autre régime spécifique de l’entreprise individuelle, la micro-entreprise permet à un freelance de mener son activité en bénéficiant de règles fiscales et comptables allégées. Le montant des cotisations sociales dépend du chiffre d’affaires réalisé, ce qui permet à un conseiller immobilier de limiter ses dépenses en début d’activité.

Une accessibilité qui s’accompagne toutefois d’une contrainte majeure : les revenus annuels du micro-entrepreneur sont limités à 33 200 € HT (en 2017). En cas de dépassement, la micro-entreprise est automatiquement transformée en entreprise individuelle.

 

Les entreprises unipersonnelles

La SASU (Société par Actions Simplifiée Unipersonnelle) et l’EURL (Entreprise Unipersonnelle à Responsabilité Limitée) sont deux formes de sociétés réservées aux solo-entrepreneurs. Seuls les professionnels dotés d’une carte T sont toutefois autorisés à créer une société, même s’il s’agit seulement d’y exercer une activité de mandataire.

Notons toutefois que la constitution et la gestion administrative (souvent complexe) d’une société nécessitent une implication personnelle et des sacrifices que peu de professionnels sont prêts à consentir.

 

Le portage salarial : une solution atypique adaptée au secteur immobilier

Le portage salarial est apparu dans les années 1980 comme une réponse au chômage de longue durée auquel étaient confrontés certains cadres seniors. Bien que les fondamentaux de ce statut aient été conservés au fil des années, le portage salarial s’est ouvert à une cible plus large et concerne désormais un plus grand nombre de métiers. Le conseil en immobilier en fait partie.

Outre la conservation de son autonomie, le conseiller immobilier indépendant exerçant en portage salarial est couvert par une protection sociale identique à celle du négociateur salarié. Il profite par ailleurs de la carte professionnelle de la société de portage salarial, ce qui lui permet d’exercer son activité sans contrainte.

Le conseiller immobilier « porté », qui est rattaché à un unique employeur, a la possibilité de se faire mandater par un réseau, ou des promoteurs, multipliant ainsi les opportunités de développer son activité. Son salaire, dont le montant brut dépend des frais de portage prélevés par la société de portage salarial en contrepartie de ses services (entre 5 % et 10 % de son chiffre d’affaires), lui est par ailleurs versé chaque mois.