webleads-tracker

Qu’attend un négociateur immobilier ?

Qu'attend un négociateur immobilier ?

Suivant que vous êtes négociateur immobilier en agence ou négociateur immobilier indépendant, vos attentes seront différentes. Un récent sondage proposé aux négociateurs Proprietes-Privees nous éclaire sur les attentes vis à vis d’un réseau comme le nôtre.

1. Le respect de l’indépendance

Une majorité confirme son attachement à leur indépendance. On a l’impression que cette liberté est primordiale, y compris parfois par rapport à certaines règles de fonctionnement ou processus internes qui peuvent paraître contraignants. La limite de cette indépendance reste néanmoins le cadre légal et réglementé de la profession immobilière.

2. Des outils qui simplifient le travail au quotidien

Peu ou pas de surprise. Quel commercial voudrait entrer dans les méandres d’un administratif lourd et fastidieux ? Le négociateur immobilier veut des outils simples, faciles, intuitifs et une aide sur les aspects administratifs. Plus c’est simple, mieux c’est. Et nous partageons cette vision. C’est ainsi que les négociateurs du Réseau peuvent avoir un suivi en ligne, des progiciels d’estimation, des alertes par email, etc…

3. Une communication de premier plan

A la quasi unanimité, les négociateurs immobiliers souhaitent un maximum de publicité, de communication, de notoriété. Et là aussi, nous ne pouvons que les rejoindre sur cette demande très légitime. Avec l’avènement d’Internet, l’agence immobilière d’aujourd’hui se doit d’investir massivement sur tous les sites et portails immobiliers. Elle se doit également d’être présente dans les media : y compris les plus chers… Cela a un coût certes, mais c’est à cette condition que l’image s’acquiert et que les contacts appellent…

4. Une formation à la demande

Sur cette question les avis divergent… 30% souhaitent se former régulièrement, 36% aimeraient une formation occasionnelle sur des sujets « à la carte » et le reste des sondés de se prononce pas. Or notre profession ne peut se passer de vrais experts, de gens qui ont acquis des connaissances et de l’expérience. Se former prend du temps certes, mais la formation ne peut être laissée de côté. Nos récentes expérimentations en e-learning et en visio donnent de bons résultats. Les formats courts, les échanges d’expérience, les newsletters, les infos sous forme de thèmes et avec le relai des animateurs contribuent à cette formation continue. Proprietes-Privees a dispensé 7000 heures de formation gratuites en 2014… Qui dit mieux ?

5. Ne pas payer pour travailler

Une grosse majorité des négociateurs immobiliers indépendants souhaite ne pas avoir à payer les outils, les formations, le back office, la publicité ou les annonces en ligne. Difficile équilibre entre le choix de l’indépendance et une autonomie financière qui ne fonctionne qu’après un temps de prospection, de rentrée de mandats. Chez Proprietes-Privees, nous incitons à la réussite et avons mis en place un système vertueux : vous vendez, vous ne payez plus… Voir notre offre

6. Une rémunération maximale

Ahhh l’argent. Cette question tout aussi délicate que la précédente aurait du être assortie d’un petit glossaire et d’une calculette. Car de quoi parle-t’on ? De ce que gagne un négociateur immobilier. C’est à dire : la rétrocession des honoraires perçue par son mandant (son partenaire). Certains vous diront que 50% suffissent, là où d’autres exigeront 90%… Or chacun sait que 90% de 0 fera toujours 0. Alors que 50% de 200 font 100…ou 70% de 300 feront 210… Tout dépend donc de la base et du nombre de ventes. Car effectivement ne rien payer à son réseau pour ne faire aucune vente cela paraît logique. Par contre, mettre à disposition des outils, des services, des processus pour permettre de gagner 2 fois plus : cela à un coût, aussi modeste soit-il !

7. Un réseau à taille humaine

Un nombre de mandataires trop important (au delà des 500…) semble faire peur à près de 54% des interrogés. Ce réseau à taille humaine est-il souhaité pour garder un contact et une relation avec des interlocuteurs ou est-ce pour ne pas diviser la part du gâteau sur le terrain ? Nous allons creuser ce point, même si nous aimons à penser que la dimension humaine est un point important.