webleads-tracker

Négocier son prêt immobilier

financement et immobilier

Négocier son prêt immobilier pour mieux rentabiliser votre investissement

Optimiser son crédit immobilier pour qu’il soit le plus rentable possible, c’est faisable en négociant. Du taux d’intérêt, aux frais d’assurances en passant par les éventuelles pénalités, en terme de prêt immobilier, tout peut se négocier. Pour les emprunteurs, il s’agit de savoir faire jouer la concurrence, et de séduire les banques à travers le « profil emprunteur idéal ».

Les avantages d’une négociation de prêt immobilier

Au premier abord, la négociation de prêt immobilier peut sembler complexe. Si ce n’est forcément le cas, elle peut néanmoins prendre du temps. Pour éviter de perdre un temps précieux, notamment s’il s’agit de la toute première demande de crédit ou de négociation, il ne faudra pas hésiter à demander l’aide d’un courtier en crédit. Cliquez ici pour consulter tout d’abord un guide de simulation de prêt.

En terme d’investissement immobilier, négocier un prêt, c’est chercher à assouplir au maximum les modalités du contrat, pour rentabiliser au mieux le crédit. En terme de taux d’intérêt par exemple, les emprunteurs doivent bien tenir en compte le TEG ou Taux Effectif Global, qui englobe directement l’ensemble des frais. Entre les frais d’assurances de prêts, les frais de dossiers, les différents frais annexes et les éventuelles pénalités établies en cas de remboursement anticipé, la négociation devient indispensable.

Négocier un prêt immobilier se fait sur plusieurs points essentiels. En effet, en plus de la négociation du taux d’intérêt, il est par exemple nécessaire de négocier également les assurances de prêts, qui peuvent représenter jusqu’à 20 % du cout total du crédit. Dans tous les cas, une délégation d’assurance peut être hautement recommandée. Négocier les modulations d’échéances, les pauses crédits et même le transfert de prêt peut être très avantageux. En effet, en obtenant par exemple un droit de pause crédit, un emprunteur pourra facilement reporter certains nombres d’échéances sur 3 ou 4 mois, et éviter par la même occasion de souscrire par exemple une assurance perte emploi.

Les bonnes conditions d’une négociation de crédit immobilier

Pour espérer obtenir des banques des efforts particuliers au cours de la négociation, les emprunteurs doivent remplir certaines conditions. Avoir un taux d’endettement faible, entre 10 à 15 %, c’est le premier critère à remplir pour espérer intéresser les banques. Lorsque le taux d’endettement se situe entre 10 et 15%, le profil emprunteur est considéré comme « excellent ». Le « reste à vivre » d’un bon emprunteur -c’est à dire ce qui reste après avoir payé les dépenses de crédit et dépenses de logement – doit par ailleurs être relativement important.

Les banques apprécient en outre que les emprunteurs puissent proposer un important apport personnel, soit, au minimum l’équivalent de 10 % de la valeur du bien immobilier. Savoir garder et gérer ses finances de manière saines peut également influencer les décisions des banques pendant la négociation. Être bon gestionnaire de son compte bancaire c’est n’avoir aucun découvert, aucun incident de paiement sur les prêts en cours et ne pas avoir demandé de prêt à la consommation.