webleads-tracker

Statuts Courtier immobilier

courtier : quel statutDevenez courtier en immobilier Proprietes-privees.com, et choisissez entre deux statuts pour exercer votre activité :

  1.  – statut d’agent commercial (avec deux régimes possibles : celui d’auto-entrepreneur ou celui de travailleur non salarié TNS) ou
  2. – statut de salarié en portage salarial.

Votre situation actuelle, vos objectifs et vos moyens financiers vont vous orienter vers tel ou tel statut et régime de protection sociale selon ce qui vous correspond le plus. Chaque statut a ses avantages et ses points faibles. Ainsi le statut d’agent commercial va vous obliger à quelques formalités :

  • inscription au Registre Spécial des Agents commerciaux (RSAC)
  • versement de cotisations aux organismes sociaux
  • cotisation à une assurance Responsabilité Professionnelle (en attendant le prochain décret loi ALUR, nos agents commerciaux sont couverts par l’assurance RCPro de l’agence; sauf faute professionnelle)
  • tenue d’une comptabilité (simplifiée dans le cas de l’auto-entrepreneur)
  • assujettissement à la TVA et déclarations périodiques (sauf en agent commercial auto-entrepreneur : option pour la franchise de TVA)

Le statut de porté, par le biais d’une société de portage salarial confère au courtier le statut de salarié. C’est la société de portage qui vous emploie et qui va transformer en salaire les commissions que vous devez percevoir. Ce salaire sera net : la société de portage payant les cotisations salariales et patronales pour votre compte. En contrepartie de la délégation de la gestion de votre rémunération, la société de portage vous facture une prestation qui est de l’ordre de 8% de la commission brute d’origine. En portage salarial vous pouvez déduire quelques frais, tels que : indemnités kilométriques, frais de publicité… le tout sur justificatifs. Et l’assurance RCPro est pour le moment celle de la société de portage. les statuts dans l'immobilier Remarque : il existe de moins en moins de différence entre la protection sociale de l’entrepreneur et celle du salarié (à l’exception des cotisations chômage). En tant que demandeur d’emploi, vous aurez toujours droit aux allocations tout en vous lançant dans votre activité de courtier en immobilier. Renseignez-vous sur les aides et formations possibles  (ACRE, ARCE ou le DIF par exemple) auprès des structures concernées. Pour en savoir plus sur les statuts, n’hésitez pas à nous consulter ou à demander conseil à un expert comptable ou au RSI.